Pourquoi nous mettons en demeure l’éditeur de la BD « Algues vertes, l’histoire interdite » en breton

par | 19 09 2023

239018 - Splann ! BD Bezhin glas an istor difennet Inès Léraud et Pierre van Hove en librairie

Splann ! s’est associé à la mise en demeure adressée au Temps, éditeur de « Bezhin glas, an istor difennet », la version en langue bretonne de la BD « Algues vertes, l’histoire interdite ». Début septembre, Inès Léraud, Pierre Van Hove, le traducteur Tugdual Carluer ainsi que Splann ! avons en effet demandé le retrait de la vente des exemplaires non écoulés, leur destruction et leur remplacement par une version validée par ses auteurs. En voici les raisons.

Cette mise en demeure s’est effectuée à regrets, tant nous connaissons la fragilité des maisons d’édition indépendantes, à plus forte raison en langues minoritaires. Mais ayant impulsé cette édition à travers le versement des 500 € accordés par les Prizioù (prix pour l’avenir du breton), nous devions cette transparence aux lecteurs. Tout le processus de traduction et d’édition s’est fait sans que Splann ! n’y soit associé directement, puisque nous y avons simplement contribué financièrement.

En résumé, le travail d’édition a posé plusieurs problèmes :

  • Contrairement à ce qu’il affirme aujourd’hui, l’éditeur avait accueilli positivement le choix du traducteur par les auteurs. En revanche, les modifications profondes apportées au texte dans les dernières semaines ont été faites sans en informer les principaux intéressés. Tugdual Carluer n’a pas pu relire l’album avant impression et signer de bon à tirer, ce qui est contraire au droit moral de l’auteur qu’est un traducteur.
  • Les choix linguistiques des auteurs n’ont pas été respectés, la traduction initiale a été dénaturée à leur insu.
  • La publication finale contient de nombreuses fautes, qui s’expliquent par l’empressement de l’éditeur à envoyer un texte à l’impression pour que la BD paraisse absolument avant le film Les Algues vertes de Pierre Jolivet (dont la sortie avait été avancée de septembre à juillet). Le contrat de qualité n’est pas rempli pour les lecteurs, dont beaucoup ont été déçus par l’aspect inachevé du travail et l’ont fait savoir.

Cette situation est préjudiciable aux lectrices et lecteurs ainsi qu’à Tugdual Carluer, associé à un travail qu’il ne reconnaît pas. Tugdual ayant déjà traduit deux longues enquêtes de Splann !, nous en profitons pour témoigner de la qualité de son travail.

C’est pour ces raisons que Splann ! s’est associé à la mise en demeure des auteurs, en tant que cofinanceur.

Splann ! continuera de défendre un travail journalistique exigeant et de qualité en breton et français, et par tous les canaux qui nous permettent de les diffuser à tous les publics (web, TV, papier, radio).

Nous publierons prochainement un article pour vous raconter les coulisses de cet épisode malheureux. Pour en être informés, abonnez-vous à note infolettre.

Faire un don

Je pourrai soustraire 66 % de mon don de mes impôts sur le revenu.

Abonnez-vous à notre infolettre

Recevez chaque mois des contenus inédits par courriel et soyez alertés de nos nouvelles enquêtes. C'est gratuit ! (ou en breton ici)