Iberdrola. Quand l’énergie « propre » a les mains sales

par | 29 03 2022

Soixante-deux éoliennes seront bientôt plantées dans les fonds marins de la baie de Saint-Brieuc, en Bretagne, couvrant 75 km². La société Iberdrola, via sa filiale bretonne Ailes Marines, est à la tête de ce chantier très controversé. Elle est aussi candidate à l’appel d’offres pour un deuxième parc, cette-fois en Bretagne sud. Objectif : « Construire un projet tant responsable que durable », affirme la filiale du géant espagnol, leader mondial de l’énergie éolienne, qui se dit « soucieuse de la préservation de l’environnement ».

Les Bretons ont pourtant suivi, durant l’année 2021, les péripéties de la multinationale : des fuites d’huile hydraulique causées par la dureté de la roche à l’enquête ouverte par le parquet national financier pour « recel de favoritisme ». Sans oublier l’alliance inédite entre les pêcheurs mécontents et l’ONG Sea Shepherd.

Que se cache donc derrière la communication de l’entreprise ? Des journalistes de Splann ! se sont penchées sur plusieurs projets emblématiques « d’énergie verte » que cette société mène sur d’autres continents, à travers une vaste enquête basées sur des sources ouvertes. Car plus de dix ans avant de planter ses mâts en Bretagne, le florissant opérateur ibérique a investi l’Amérique latine. Accusations de violations de droits humains, hécatombe d’oiseaux migrateurs, poissons morts et activistes craignant pour leur vie… Autour des projets d’Iberdrola, les cicatrices peinent à se refermer.

Tehuantepec : aux pieds des éoliennes, le crime organisé

La Venta II y III : des oiseaux morts par milliers

Teles Pires : un barrage au grand dam des Amérindiens

Belo Monte : « Ethnocide » au cœur de la forêt

Baixo Iguaçu : litiges en cascade

Notre démarche, notre raison d’être

Face aux catastrophes écologiques qui obscurcissent la perspective d’un avenir désirable, nous croyons à un journalisme d’intervention qui contribue à l’amélioration des pratiques. Aux citoyennes et citoyens de se saisir de ces informations d’intérêt public pour demander des comptes à leurs représentant·es élu·es.

Cette enquête a été réalisée par la journaliste franco-mexicaine Itzel Marie Diaz, basée à Paris, et par la journaliste Lena Lopes, depuis le Brésil. Elle a été accompagnée par le comité éditorial composé de Juliette Cabaço-Roger, Faustine Sternberg, Caroline Trouillet, Gwenvaël Delanoë, Sylvain Ernault et Pierre-Yves Bulteau, qui interviennent ici à titre bénévole. Tudual Karluer a traduit les textes en breton. Yann Lesacher (Yal) est l’auteur des aquarelles. Pierre Corbin est intervenu sur la cartographie. Les articles et documents sont mis à la disposition du public gratuitement grâce à nos partenaires France 3 Bretagne, Le Peuple Breton et le réseau Radio Breizh.

Ce travail a été financé à 100 % par des particuliers, par chèque ou via la plateforme HelloAsso. Seuls vos dons nous permettront de financer de nouveaux dossiers. Ils ouvrent droit à une défiscalisation.

Splann ! ne veut recevoir ni subvention ni mécénat d’entreprise, par souci d’indépendance. De plus, aucune fondation ne peut verser plus de 10 % du budget annuel de l’association. Aucune intervention éditoriale des donateurs n’est admise.

Abonnez-vous à notre infolettre

Recevez chaque mois des contenus inédits par mél et soyez alertés de nos nouvelles enquêtes. C'est gratuit !

Soutiendrez-vous notre journalisme d'enquête ?

En tant que journalistes, nous avons fondé Splann ! pour mener des enquêtes au long cours sur des sujets sensibles qui touchent à la Bretagne. Vous pouvez lire ici nos motivations.

Notre mission exige de rester indépendants de toute puissance politique et d'argent. Les contributions de nos lectrices et lecteurs sont donc essentielles pour financer un travail gourmand en ressources et garder nos articles accessibles à tous. Si vous le pouvez, envisagez de faire un don via HelloAsso. Il ouvre droit à une réduction d'impôt. Merci.

E brezhoneg ? Ou en français ?

E galleg eo ar bajenn-mañ. Ma fell deoc'h lenn anezhi e brezhoneg, klikit amañ.

Cliquez ici pour visiter notre site en breton ou fermez cette fenêtre pour poursuivre en français.

E Brezhoneg