220718 - Splann ! Incendie à Brasparts dans les monts d'Arrée Crédits Thesupermat Wikimedia Commons
Glané pour vous dans la presse, en juillet 2022

par | 26 07 2022

Chaque mois, la rédaction de Splann ! vous conseille plusieurs enquêtes, reportages ou documentaires en lien avec ses centres d’intérêts qui auraient mérité plus de visibilité.

🔥 Aux portes de l’enfer. Plusieurs nouveaux départs de feux incontrôlés étaient annoncés dans les monts d’Arrée (29) au moment où nous écrivions cette infolettre. Les nuages de fumées ont provoqué l’évacuation des employés de l’ancienne centrale nucléaire de Brennilis, en cours de démantèlement, suscitant l’inquiétude d’une partie de la population. Celle-ci se trouve dans le marais du Yeun Elez et sa « porte des enfers ». Cette image « d’apocalypse » figure dans une compilation réalisée par Mediapart.

🤢 Algues vertes. Mercredi 20 juillet, Air Breizh a détecté un dépassement du seuil d’alerte d’hydrogène sulfuré sur une plage d’Hillion (22) relaye France 3. Ce gaz provenant des algues vertes en putréfaction peut être fatal. Cette nouvelle procédure suit l’avis du Haut conseil de la santé publique de décembre 2021, qui avait souligné la « faillite » de la gestion de cette crise. Les données ne sont pourtant toujours pas publiées en temps réel.

🐖 Rose comme un jambon. Les nitrites – conservateurs qui donnent la couleur rose au jambon et présents dans 75% des charcuteries vendues en grande distribution -, augmentent le risque de cancer colorectal, confirme l’Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire et de l’alimentation) en précisant que « d’autres risques de cancers sont suspectés ». Une information annoncée en avant-première par Le JDD. Ce même rapport recommande de changer les pratiques agricoles. L’Anses prépare un nouvel avis sur la concentration des nitrates dans l’eau, liée au lisier des productions intensive de viande et aggravée par la sécheresse. Double peine pour les Bretons.

🏡 Bretons sans toit. Acheter ou louer, jusqu’aux campagnes centre-bretonnes, devient une véritable galère pour les habitants, analyse Le Monde renforçant la précarité, notamment des jeunes. Comme le constate aussi CQFD, de nombreuses mobilisations voient le jour afin de demander une régulation du marché. L’une des propositions phares : celle du statut de résident qui, explique Reporterre, permettrait l’achat uniquement à ceux qui habiteraient la région depuis au moins un an.

📞 Simple comme un coup de fil. Quelques jours après la remise d’un rapport commandé par l’agence régionale de santé recommandant de fermer la maternité de Guingamp (22), Noël Le Graët aurait renversé la situation en quelques minutes, relate Ouest-France. L’ancien maire (PS), grand patron de l’agroalimentaire et président de la fédération française de foot, explique avoir textoté puis reçu un appel libérateur d’Emmanuel Macron depuis la chambre d’accouchement de sa petite-fille. Le prince consulte aussi par téléphone.

🚜 Les élevages de la colère. Dans un article de Marianne, on apprend que suite à la décision du gouvernement néerlandais de réduire d’un tiers les cheptels pour réduire les émissions d’azote, la profession agricole a manifesté sa colère, allant jusqu’à tenter d’entrer en collision avec les voitures de police. Coups de semonce puis tirs, les forces de l’ordre ont ouvert le feu sur la manifestation, une balle a touché un tracteur.

⚖️ Absents à la barre. Vu dans Le Télégramme, suite au procès en correctionnelle pour banqueroute d’un ex-dirigeant de la société Tilly-Sabco, mastodonte breton de l’élevage industriel de volailles. Ce procès n’a vu qu’un seul des dirigeants sur le banc des prévenus et un seul fournisseur (courant après 3,9 M€) comme unique partie civile. Pas de trace de Daniel Sauvaget, ancien dirigeant de Tilly et actuellement patron de l’entreprise de surgelés Ecomiam, malgré les sommes « excessives de 15.000 € mensuels » perçues pour sauver l’entreprise. Les collectivités territoriales ou la CCI, qui avaient soutenu le projet de sauvetage, étaient également absentes.

Abonnez-vous à notre infolettre

Abonnez-vous à notre infolettre

Recevez chaque mois des contenus inédits par mél et soyez alertés de nos nouvelles enquêtes. C'est gratuit !

Soutiendrez-vous notre journalisme d'enquête ?

En tant que journalistes, nous avons fondé Splann ! pour mener des enquêtes au long cours sur des sujets sensibles qui touchent à la Bretagne. Vous pouvez lire ici nos motivations.

Notre mission exige de rester indépendants de toute puissance politique et d'argent. Les contributions de nos lectrices et lecteurs sont donc essentielles pour financer un travail gourmand en ressources et garder nos articles accessibles à tous. Si vous le pouvez, envisagez de faire un don via HelloAsso. Il ouvre droit à une réduction d'impôt. Merci.