À Landunvez, la porcherie géante s’approche d’une régularisation douteuse

À Landunvez, la porcherie géante s’approche d’une régularisation douteuse

Un dossier aussi sensible que symbolique revient sur le bureau du préfet du Finistère. Philippe Mahé demandera prochainement l’avis du conseil départemental de l’environnement (Coderst) sur le dossier de la SARL Avel vor, à Landunvez. L’une des plus grandes porcheries de France, détenue par le président du comité régional porcin, pourrait franchir une étape décisive vers la régularisation de son agrandissement. Problème, après sept ans de péripéties judiciaires, les conclusions de l’enquête publique censées guider le choix des autorités apparaissent largement biaisées.

Litiges en cascade

Litiges en cascade

En amont des célèbres chutes d’Iguaçu, située dans l’État du Paraná, dans la région sud du Brésil, le barrage de la filiale brésilienne d’Iberdrola, Neoenergia, sème le trouble quant à son impact sur l’environnement et sur les habitants. L’Unesco se dit « extrêmement préoccupée ». Des centaines de familles ont été expropriées dans des conditions vivement contestées. Face aux cris de détresse de ces familles, l’attitude du consortium agace jusqu’au gouvernement.

« Ethnocide » au cœur de la forêt

« Ethnocide » au cœur de la forêt

Le barrage emblématique de Belo Monte, situé au cœur de l’Amazonie, à 400 km du port brésilien de Bélem, fait l’objet d’accusations graves en matière de violations des droits humains. La très forte mobilisation de peuples amérindiens, de paysans et d’associations environnementales n’a pas empêché sa construction. Iberdrola a participé à ce projet contesté.

Un barrage au grand dam des Amérindiens

Un barrage au grand dam des Amérindiens

La centrale hydro-électrique de Teles Pires, qui coupe une puissante rivière du bassin amazonien, suscite l’ire du peuple Munduruku. Ses membres estiment que ses droits et ceux d’autres peuples amérindiens ont été violés par Neoenergia, filiale brésilienne d’Iberdrola. Plusieurs autres barrages ont été construits dans le bassin de cette rivière du nord du Brésil. Alors, les guerriers Munduruku sont allés jusqu’à occuper un chantier pour faire entendre leurs voix.

Des oiseaux morts par milliers

Des oiseaux morts par milliers

Les deux grands parcs éoliens terrestres d’Iberdrola qui encerclent la petite commune de La Venta, près de l’isthme de Tehuantepec sur la côte ouest du Mexique, suscitent de vives inquiétudes pour les oiseaux migrateurs et les chauve-souris. Ils génèrent aussi des tensions avec des paysans qui s’estiment lésés par la multinationale.

« Aux pieds des éoliennes, le crime organisé »

« Aux pieds des éoliennes, le crime organisé »

Près de l’isthme de Tehuantepec, sur la côte ouest du Mexique, d’immenses parcs éoliens fleurissent depuis une vingtaine d’années. Ils sont portés par des multinationales aux pratiques parfois douteuses. Les éoliennes sont un sujet sensible dans lequel s’entremêlent litiges avec les paysans, accusations de spoliations des terres et de corruptions, milices armées, menaces contre des journalistes et assassinats d’activistes… « Splann ! » perce la chape de plomb qui pèse aux pieds des éoliennes, en faisant le point sur ce contexte sanglant et sur ce que l’on sait de l’implantation contestée d’Iberdrola dans la région.